Depuis de nombreuses années, je tisse : j’ai été initiée à la tapisserie par Mireille Guérin, artiste licier créateur de Cergy, dans les années 90.

Ce fut une découverte ! Le fil, depuis toujours présent dans ma vie (atavisme…), m’est devenu un mode d’expression qui me comble.

J’ai cependant choisi de continuer à être maîtresse d’école, ce qui ne m’a pas laissé assez de temps pour tisser ! Aujourd’hui, disposant de davantage de temps,  je peux m’adonner pleinement à cette passion.

Depuis de nombreuses années aussi, je randonne. Et chaque randonnée ou presque est l’occasion d’une belle découverte : la nature crée de véritables chefs-d’œuvre. Je rentre avec de belles images des lieux arpentés, et quelques trésors végétaux dans les poches qui s’entassent ensuite sur des étagères, dans des bocaux, …

Je suis surtout fascinée par ces sculptures extraordinaires que crée le lierre à l’assaut des arbres. Je les ai nettoyées, teintées ou peintes, mises en scène dans la maison ou dans le jardin. Et petit à petit, elles se sont immiscées dans mes créations textiles. Ou peut-être sont-ce les tapisseries qui se sont immiscées dans le lierre ?

Pour moi, il y a un lien évident entre les circonvolutions du lierre et le tissage. Je construis mes tapisseries en fonction de la forme des branches avec souvent des volumes qui font écho aux enroulements et tortuosités des branches. La couleur y est très présente, le jeu des mélanges de fil permettant de nuancer à l’infini.

Quelquefois, le projet initial doit être modifié : la branche ne permet pas toujours la réalisation imaginée !