Silhouettes de papier,
vous évoquez les contours du jour qui s’effleure,
se voile et s’effeuille.
JYS compose ces épures,
entre le corps et les masques
qui racontent la naissance du signe.
Trois mots remuent
et ménagent les recours du mystère:
Femme, femme et femme.
L’une est précision du trait
l’autre évoque l’envol fatal,
la troisième est femme-élan
sous le chêne des désirs.
Et l’artiste peint les ombres et lumières
il convoque le savoir, ses ombrelles et ses mystères,
la rêveuse souligne la cueillette des lucioles
et la femme voilée enseigne l’attente,
renvoie au désir de lutte,
car le devoir de beauté se cultive.
Alors les signes font sens
et l’ombre s’éloigne.
Eugène Ebodé, écrivain